Route des Balkans

Au cours du voyage de notre délégation des droits humains à la frontière bosno-croate, nous avons rencontré beaucoup de réfugié.e.s désespéré.e.s. Ils et elles nous ont parlé de mauvais traitements infligés par les gardes-frontières croates. Ces policiers battent, volent et humilient sans vergogne les réfugié.e.s et les renvoient en Bosnie ou en Serbie.

En décembre 2017, la police de frontière avait ordonné à la famille afghane Hussiny de rentrer en Serbie pendant la nuit sur des voies ferrées. Madina, la fille de six ans de la famille, frappée par un train dans le noir et dans la panique, était décédée surplace.

Ces renvois sont illégaux. Mais ces violations flagrantes des droits humains sont couvertes par l'UE, qui veut boucler sa frontière extérieure orientale en Croatie. La Suisse est coresponsable car, comme l'UE, elle envoie des gardes-frontières en Croatie. Cette coopération est totalement inacceptable. Par ailleurs, la Suisse n'a pris aucune initiative politique ou humanitaire pour alléger le sort des réfugié.e.s bloqué.e.s en Bosnie.

Nous devons rappeler au Conseil fédéral que la politique extérieure de notre pays ne doit pas seulement représenter des intérêts économiques, mais aussi la tradition humanitaire de la Suisse et la promotion des droits humains. Nous vous prions donc de signer personnellement cette lettre et de l'envoyer au Conseil fédéral - avec copie à nous.

Au cours de notre voyage, nous avons vu beaucoup de choses terribles, mais aussi de bonnes et nobles choses. En Bosnie et en Croatie il existe de petites initiatives locales pour aider les réfugié.e.s: par exemple Latan, un homme qui a connu la guerre civile en Bosnie et qui distribue 400 repas gratuits par jour avec ses collègues, ainsi que des vêtements et des chaussures. Les femmes d'une initiative de paix à Zagreb fournissent une aide juridique, documentent la violence à la frontière et portent plainte contre les autorités.

Toutes ces initiatives sont confrontées à de grandes difficultés financières. Avec votre don, vous aidez ces personnes engagées à poursuivre leur précieux travail pour les réfugié.e.s.

Merci beaucoup pour votre solidarité

Beitrag in 10 vor 10 vom 23.7.2019: "Kroatien schickt Migranten nach Bosnien zurück"

de Claude Braun, 30 juil. 2019

Die Sendung "10 vor 10" vom Schweizer Fernsehen SRF strahlte am 23. Juli 2019 den ausgezeichneten Beitrag "Kroatien schickt Migranten nach Bosnien zurück" von Nicole Vögele aus.

Er besteht aus drei Teilen. Der längere, erste Teil beschreibt die Lage an der bosnisch-kroatischen Grenze nahe der Orte Velika Kladuša und Bihać und die Gewalttätigkeiten an den Geflüchteten. Der zweite Teil...

Action de lettres pour le retour d'Ahmed H. dans sa famille

de Michael Rössler, 27 juil. 2019

Nous lançons une campagne de lettres à Nikos Anastasiades, Président de la République de Chypre, pour permettre à Ahmed H. 1, citoyen syrien, de rentrer à Chypre chez sa femme et ses deux filles, toutes citoyennes chypriotes. Après sa libération conditionnelle de prison fin janvier 2019, Ahmed H. est bloqué dans un centre de...

La fin des Droits humains

de Heike Schiebeck, Longo maï, FCE, 1 mai 2019, publié à Archipel 281

La fermeture de la route des Balkans n’a pas donné les résultats escomptés. Les gens se dirigent toujours vers le nord. Cependant, les itinéraires sont devenus plus dangereux et les méthodes de dissuasion plus brutales. Fin mars, en Bosnie, le paysage commence à verdir, les cerisiers fleurissent. Dans les villages, les minarets s’élèvent comme des crayons taillés dans le ciel du printemps....

UNGARN: Terrorismus auf Ungarisch

de Michael Rössler, Fédération Européenne des Radios Libres (FERL), Forum Civique Européen (FCE), 24 févr. 2018, publié à Archipel 267

Am 8., 10. und 12. Januar fanden neue Verhandlungen im Prozess gegen Ahmed H. statt, der Ende 2016 in Ungarn wegen «Terrorismus» zu 10 Jahren Haft verurteilt worden war. Ein Vertreter des Forum Civique war als internationaler Prozessbeobachter vor Ort.

Um den Prozess zu verstehen, muss man die Vorgeschichte kennen. Wir erinnern uns an den Sommer 2015: Hundertausende von Menschen,...